Presse

Un an après le Sommet Citoyen sur le Protocole de Démocratie et de Bonne Gouvernance de la CEDEAO, quoi retenir ?

13 Juillet 2017-13 juillet 2018, il y a un an jour pour jour que le REPAOC a participé au Sommet Citoyen sur le Protocole de Démocratie et de Bonne Gouvernance de la CEDEAO à Lomé (Togo) organisé par les Universités Sociales du Togo avec l’ensemble des acteurs de la société civile venus du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, de la Guinée Conakry, du Niger, du Nigéria, du Sénégal, du Togo et de la RDC.

Avec l’appui de la CEDEAO, de l’UE et du CCFD-Terre Solidaire, ce Sommet avait pour objectifs de «renforcer les liens entre sociétés civiles africaines afin qu’elles dégagent ensemble une position claire et des stratégies de plaidoyer sur ce protocole et d’influencer significativement les prises de décisions sur les questions de gouvernance au sein de l’espace communautaire».

Le REPAOC a eu l’honneur de modérer le panel sur « focus sur le protocole de bonne gouvernance de la CEDEAO ». Pour rappel, ce protocole signé en 2001 à Dakar (Sénégal) porte sur la démocratie et la bonne  gouvernance additionnel au mécanisme de prévention, de gestion, de règlement des conflits, de maintien de la paix, de la sécurité.

Après 12 mois, force est de constater que la sous-région ouest-africaine présente :

  • un rétrécissement de l’espace public des acteurs de la société civile et avec pour conséquence de multiples arrestations des militants des droits de l’homme au Niger et au Togo
  • une préoccupation régionale et continentale face à la crise socio-politique qui secoue le Togo depuis Août 2017.

Le REPAOC :

  • reconnait que le protocole n’est toujours pas effectif dans son application et reste peu connu des acteurs de la société civile de l’espace CEDEAO.
  • déplore que les recommandations émises lors de ce Sommet ne soient pas mises en œuvre par la CEDEAO, ni par ses États membres.
  • invite la CEDEAO lors de sa prochaine conférence des États membres à définir une ligne claire sur les réformes constitutionnelles et institutionnelles devant garantir une mise en œuvre efficace du protocole dans la sous-région pour une démocratie effective.
  • invite les acteurs de la société civile à se mobiliser pour organiser une prochaine assise régionale et citoyenne pour faire le bilan des recommandations de ce Sommet et de se projeter au-delà de la vision 2020 de la CEDEAO.
    Fait à Dakar, le 13 juillet 2018

Aho TETE BENISSAN
Coordinateur Régional du REPAOC

Laisser un commentaire