REPAOC

Alternative flash content

Pour afficher ce contenu Flash, vous devez Javascript sur votre navigateur et la version mise à jour de Flash Player.

Infos

Journée Internationale de la Paix (Dakar-CINU), le REPAOC présente un poème

    journeeinternationaledelapaix_affiche_2017_french_opt.jpg   LA PAIX NOUS TEND LA MAIN

S’il m’était permis de parler,

Je vous raconterai une histoire banale

Il parait qu’il fait chaud ?

Oui il fait chaud dans la cuisine

et cela semble normal .

Mais il fait chaud dans la douche

et cela est paradoxal Sur la tête,

Sous mes pieds,

Elle tape la chaleur !

A midi le soleil se déchaîne

  

                                   et à minuit il semble se fâcher !

                                                   Il fait chaud au Nord, pas moins au Sud

                                                       Il fait chaud à Ziguinchor, pas moins à Dakar.

Je vais au pôle Nord où tout semble normal

Mais l’occident crie derrière moi la Birmanie crie derrière moi

Le Nigéria crie derrière moi Le Togo crie derrière moi

Le Sénégal crie derrière moi

Au secours ! Réchauffement de la terre, il fait trop chaud !

Qu’est-ce donc que cette chaleur ?

Cette chaleur représente les conflits armés, les guerres, les déplacements…

Les conflits ont jeté l’Afrique dans un trou obscure

Trou à partir duquel il lui est impossible d’apercevoir le soleil du développement

Et de l’épanouissement qui repend ses rayons salvateurs

Sur les autres bouts de la terre 

L’attitude stoïque de certains leaders africains

Qui veulent créer l’unité africaine est certes noble

Mais elle se retrouve confrontée à un énorme obstacle :

La désunion, la corruption, la cupidité et l’avidité de certaines personnes !

S’il m’était permis de parler….

Regardez cette foule au visage fixé sur moi

Regardez ces cœurs qui battent la chamade

Regardez ces personnes ces personnes qui ont gardé en elles la brutalité des jours passés

Plaies qui ont suppurées, gardant en elles la brutalité des jours passés

On dit que les jeunes ne veulent plus rien entendre

Qu’ils sont lassés par tant d’amertume

L’impatience coule dans leurs veines

Et se déverse dans leur envies !

Silence Silence de la conspiration Silence de la dénégation du monde

L’on habille nos combats de silence

Et l’on veut effacer nos existences

Jusqu’à quand ? Jusqu’à quand le jour restera-t-il noircit ?

Jusqu’à quand la nuit restera-t-elle blanchie ?

Jusqu’à quand l’agneau sera-t-il lié aux chaînes armées de peines et de douleurs ?

L’aube a perdu la couleur

La vive couleur de ce jardin en crise

Et les bruits se sont tus aux pieds des carrefours

L’objectif est commun Pourquoi ne pas le faire

Pourquoi ne pas marcher ensemble sur un chemin sans épines

Et sans lianes qui est celui de la PAIX ?

La paix n’est pas un vain mot

Mais un comportement à apprendre à nos enfants

Si nous voulons la paix, préparons la paix

Si nous voulons la paix

Semons partout où besoin sera les graines de paix

De tolérance et de non-violence.

S’il m’était permis de parler

Je chanterai haut et fort, partout où besoin sera

Que la paix est possible, si nous croyons qu’elle est possible.

La paix nous tend la main et nous devons faire le pas

La paix n’est pas seulement de belles paroles

Mais c’est également dans notre façon de regarder notre prochain

Et lui dire nous t’aimons !

La paix ce n’est pas seulement de beaux discours

Mais c’est notre façon aussi de chercher à voir si notre voisin à côté de nous se porte bien !

La paix ce n’est pas une question de nationalité

Mais c’est une question d’humanité !

La paix n’est pas une question de traités ou d’accords

Mais c’est une plante qui se sème, s’arrose et s’entretient !

S’il m’était permis de parler

Je vous dirai n’ayez pas peur, la paix est possible !

S’il m’était permis de parler Je vous citerais ce proverbe Wolof qui dit

« Lorsque dix personnes creusent un trou, et que dix autres y remettent du sable,

il y aura beaucoup de poussière mais une fosse ne sera jamais construite »

Alors nous les africains,

Quelle que soit notre nationalité

Quelle que soit notre origine

Nous devons nous aimer Nous devons nous mettre ensemble

Pour lever haut ce flambeau de la paix !

La paix est encore possible

Et cela dépend de toi et de moi !

La paix nous tend la main Africaines, africains !

La paix nous tend la main, mes frères et sœurs !

S’il m’était permis enfin de parler, Je vous dirai : « j’ai parlé ». 

Une adaptation faite par Monsieur SESSI Sefiamenou Yao du REPAOC à Dakar le 21 Septembre 2017

Home Rencontres et Ateliers Journée Internationale de la Paix (Dakar-CINU), le REPAOC présente un poème

Nos coordonnées

Secrétariat Permanent du REPAOC, Liberté VI Extension, Immeuble Soda Marième, 4ème étage,
B.P. : 47485 Dakar-Liberté (Sénégal) Tél : +221 33 827 76 46 - E-mail : info@repaoc.org