REPAOC

Alternative flash content

Pour afficher ce contenu Flash, vous devez Javascript sur votre navigateur et la version mise à jour de Flash Player.

Compte rendu mission ECOSOCC-Union Africaine


Date : 26 Mars au 01 Avril 2017 

Lieu : Caire (Egypte)

CONTEXTE ET OBJECTIFS DE LA REUNION


 
Depuis Décembre 2014, REPAOC à travers son Coordinateur Régional est membre de l’Organe Consultatif de l’Union Africaine. Le réseau étant basé à Dakar par principe fait partie de la délégation du Sénégal bien que son Coordinateur soit de nationalité Togolaise.
Cette mission s’inscrit dans le cadre de l’Assemblée Générale Permanente du Conseil Economique Social et Culturel de l’Union Africaine (ECOSOCC) qui a tenu sa 2ème session ordinaire du 27 au 31 Mars 2017.
Les objectifs de cette Assemblée Générale sont les suivantes :
- Passer en revue les progrès réalisés au cours de la 2ème Assemblée Générale (AG) y compris les rapports d’activités, les programmes d’action des comités sectoriels, du Comité Permanent et du Bureau.
- Approuver les amendements aux statuts de l’ECOSOCC (Article 14 relatif à la relocation du Secrétariat.
- Finaliser et approuver le document cadre pour l’accréditation des organisations civiles de l’Union Africaine, suivant les directives du Conseil Exécutif ;
- Finaliser et approuver le document cadre des chapitres nationaux, suivant les directives du Conseil Exécutif ;
- Finaliser et approuver la composition des termes de référence et des règlements du Comité Disciplinaire de l’ECOSOCC
- Elire les membres du Comité Permanent de l’ECOSOCC
- Fournir la formation aux nouveaux membres du Comité Permanent
- Concevoir et adopter le projet de plan stratégique et la stratégie de communication de l’ECOSOCC.

DECISIONS ET RECOMMANDATIONS

Durant cinq (5) jours de travail, l’Assemblée Générale a :
- Accueilli Seize (16) nouveaux membres venant des Etats membres aux niveaux national régional et continental et quatre (4) ex-officiaux nommés par le Président de la Commission de l’UA,
- Assisté à la prestation de serment des 16 et 4 nouveaux membres.
- Apprécié les présentations détaillées du Président autour des activités clés et relevé les défis liés à la mise en œuvre des programmes. ;
- Félicité le Secrétariat de l’ECOSOCC qui n’a cessé de fournir un soutien administratif et logistique requis pour assurer le bon déroulement de l’AG
- Adopté le rapport général du Président de l’ECOSOCC sortant.
- Décidé qu’un groupe de travail sur la révision des statuts de l’ECOSOCC soit mise en place et constitué d’une représentation de chacune des cinq (5) régions et en plus de la diaspora.
- Incité tous les membres de l’Ag à donner priorité à la mise en place des chapitres nationaux ECOSOCC en collaboration avec les Etats membres. L’élection a été conduite par l’équipe juridique de l’Union Africaine. Après consultations régionales et la phase des élections, les résultats se présentent comme suit :
- Président : M. Richard Ssewakiryanga (Ouganda)
- Vice-Présidente Afrique de Nord : Mme Fatima Medhi Hassam (République Arabie-Sahraoui)
- Vice-Président Afrique du Sud : M. Patison Malisa (Afrique du Sud)
- Vice-Présidente Afrique de l’Ouest : Mme Fall Tall (Sénégal)
Réseau des Plates-formes d’ONG d’Afrique de l’Ouest et du Centre
- Vice-Président Afrique Centrale : M. Alain Blaise Batongue (Cameroun) Les présidents des dix (10) Clusters se présentent comme suit :
1. Paix et sécurité : M. Ngalim Eugène (Cameroun)
2. Affaires politiques : M. Abozer Elimana Elligai (Soudan)
3. Affaires sociales : Dr Tunji Asaolu (Nigéria)
4. RHST : M. Abdurrahman Mokhtar (Libye)
5. Infrastructure et Energie : Dr Raj Gotan Chintaram (Iles Maurice)
6. Economie rurale : M. Guy Mpembele Kisoka (RDC)
7. Commerce et industrie : M. Godfrey Selematsela (Afrique du Sud)
8. Affaires économiques : Mlle Monde Reberiah Kabandula (Zimbabwé)
9. Femme et genre : M. El Hacene Mbareck (Mauritanie)
10. Intersectoriel : Dr Serge Michel Kodom (Togo)

ANALYSE CRITIQUE DE CETTE ASSEMBLEE GENERALE
Après cinq jours d’intense travaux en plénière, les discussions politiques et parfois politiciennes ont surplombé le débat qui devrait être à priori beaucoup plus technique.
L’élection du Président de l’ECOSOCC a été un coup de tonnerre dans un ciel serein. Certes la démocratie à gagner et on note une alternance réussie avec l’arrivée d’un nouveau Président. Cependant, nous notons que le déroulement de l’élection n’a pas respecté les normes standards. Les candidats au poste de président n’ont pas eu droit à la parole pour se présenter ni décliner leurs visions pour l’ECOSOCC.
L’alternance géographique et la prise en compte du genre n’ont pas été respectées pour le poste du Président. Depuis 2008, c’est toujours des hommes qui sont aux manettes de la présidence.
La coordination régionale du REPAOC va accompagner la Vice-Présidente de l’ECOSOCC qui représente l’Afrique de l’Ouest en la personne de Madame Fall Tall de l’AFAO. Une réunion parallèle a été tenue pour lancer la dynamique pour l’appropriation de l’ECOSOCC en Afrique de l’Ouest.

Le REPAOC participe à la table ronde sur ‘’ Le rôle des femmes dans la définition et le suivi de la mise en œuvre des politiques publiques au Sénégal’’ à Gorée Institute

Le réseau des Plateformes d'ONG d'Afrique de l'Ouest et du Centre participe ce mardi à Gorée, à la table ronde sur '' Le rôle des femmes dans la définition et le suivi de la mise en œuvre des politiques publiques au Sénégal''.

Organisée par Gorée Institute pour la Démocratie, le Développement et la Culture en Afrique en collaboration avec l'Ambassade du Canada, cette rencontre d'échange a pour but d'initier une dynamique de réflexion holistique sur le rôle des femmes dans la définition, la mise en œuvre et l'évaluation des politiques publiques au Sénégal.

Cette rencontre s'inscrit dans le sillage des actions transversales menées par l'Institut tant dans le cadre de ses activités de renforcement de capacités, de plaidoyer que d'accompagnement électoral prodiguées à plusieurs plateformes de femmes à travers l'Afrique tenant compte de tous les instruments nationaux, régionaux et globaux de promotion de la participation des femmes dans les processus de développement et de paix.

Selon les organisateurs, la participation politique des femmes englobe également les actions qu'elles entreprennent dans le but d'influencer les choix des politiques publiques et des décideurs, l'administration des affaires publiques à tous les niveaux de la prise de décision, au plan national. Cette participation touche aussi bien les sphères de représentation et de décision, que les espaces occupés par la société civile, y compris les partis politiques, les organisations non gouvernementales (ONG) et les médias. Ces actions peuvent être formelles comme l'exercice du droit de vote, ou informelles, à travers par exemple la participation aux manifestations et actes de protestation; elles peuvent être menées collectivement ou individuellement.

Le Sénégal note-t-on, a adopté à partir de 2011 la Loi sur la parité et a amorcé plusieurs actions allant dans le sens d'une promotion des droits des Femmes et d'une participation politique plus poussée et encadrée des femmes, légitimée par les suffrages des électeurs.

Par ailleurs, plusieurs initiatives font foison, portées par la société civile, ainsi que par d'autres espaces qui œuvrent pour une participation politique des femmes au plan national (Observatoire national de la parité, Caucus des femmes, Laboratoire Genre) et au plan régional (Groupe de Travail Paix et Sécurité des Femmes de l'espace CEDEAO, Réseau Paix et Sécurité des Femmes de l'espace CEDEAO, etc.).

Cette loi a permis l'entrée de 65 femmes députées au niveau de l'Assemblée nationale sénégalaise sur un total de 150.

A la fin des travaux, les recommandations seront faites afin de mettre en place un cadre participatif, multi acteurs pour faire un état des lieux de la participation politique des femmes au Sénégal et une meilleure implication des femmes dans la confection de l'agenda national de développement.

Stabilité sécuritaire en Afrique de l'Ouest et du Centre : Le Repaoc participe à la première réunion annuelle du Groupe de Travail Régional de Protection au HCR

Dans le cadre du suivi des programmes élaborés pour une stabilité sécuritaire en Afrique de l’Ouest et du Centre, le REPAOC participe à la réunion Groupe de Travail Régional de protection ce jeudi 2 février au bureau du Haut-commissariat des Réfugiés (UNHCR) à Dakar. Cette première rencontre a pour but de procéder à un partage d’information et une rétrospective sur les différents plans d’actions et les activités de veille et suivi.

A cet effet, plusieurs rapports ont été faits par des différentes organisations membre du groupe de travail pour montrer l’évolution des activités et les plans de réponses effectués dans la sous-région au cours de l’année 2016. Sur la situation de protection lors de la crise électorale en Gambie le HCR a indiqué que les réfugiés étaient de nationalité gambienne et autre nationalité. A ce jour, l’ex président Yaya Jammeh a quitté le territoire gambien et on assiste le retour des réfugiés.

Le HCR indique que les dernières mises à jour du nombre des refugiés est en cours. La situation est stable et on note quelques changements comme la dénomination du pays (Republic Of Gambia) et le nombre de jours ouvrables.

Au niveau du Bassin du Lac Tchad et en République Centrafrique (RCA), le HCR indique qu’une conférence des bailleurs sur la situation du Bassin du Lac Tchad s’est tenue à Oslo. Les participants ont discuté sur les questions de sécurité alimentaire, nutrition protection et l’éducation. La société civile a également organisé des activités en marge de cette conférence dans lesquelles la centralité de la protection dans la réponse humanitaire, l’identification des solutions innovantes pour les plans de protection et les questions sur le financement de l’action humanitaire ont été discuté, note-t-on.

Sur la situation de la mise à jour des violences basées sur le genre, le HCR a indiqué qu’une revue a été faite au niveau de 3 pays (Nigéria, Cameroun, RCA). Au niveau régional, le Groupe de travail régional sur les VBG a organisé une formation des formateurs à Dakar avec 38 participants (29 femmes et 9 hommes) de 16 pays. Il a également organisé une journée de témoignages dédiée aux réfugiés lors de la Campagne des 16 Jours d’activisme pour la lutte contre les VBG – 25 Nov au 10 Dec 2016. Comme perspectives, le Groupe de protection a décidé de continuer l’appui et l’accompagnement de la coordination SC GBV :LCBCs au Nigeria, Tchad, Cameroun, Niger, Mali, RCA, Burkina Faso, Sénégal.

Sur la situation de la protection de l’enfance l’UNICEF a indiqué qu’une mise a jour a été fait sur les éléments de planification du HNO/HRP 2017. La revue du suivi de la réponse et les chiffres et le besoins ciblés ont concernés 7 pays à savoir : RDC, Cameroun, Mali, RCA, Tchad, Nigeria et enfin le Niger où le ciblage a été plus élevé. Pour le HRP 2017, il n y a de document unique pour le sahel mais plutôt des documents pour chaque pays. En ce qui concerne les indicateurs, un guide régional a été mis à jour et partagé. La question des enfants en détention a été prise en compte.

Le HCR exhorte tous ses partenaires et membres du Groupe de travail à redoubler d’effort pour une bonne couverture de protection en Afrique de l’Ouest et du Centre Le groupe de travail Régional, note-t-on, œuvre pour la protection des populations en Afrique de l’Oust et du Centre. Elle a été créée en 2014 et regroupe des multi acteurs (Les organisations des Nations Unies, les organisations de la société civile africaine et nationaux).

 

 

Sénégal : vers l’adoption d'une loi sur la Couverture Maladie Universelle (CMU)

Le Sénégal a entamé en 2012 un projet d'universalisation de la couverture contre le risque maladie, conformément à la Constitution, qui garantit le droit à la santé pour tous les citoyens. C'est dans ce cadre qu'un avant-projet de loi instituant la Couverture maladie universelle (CMU) a été conçu par l'ensemble des acteurs. Un atelier de consultation sur ledit projet a été organisé par l'Agence de la Couverture maladie universelle, ce mardi 21 mars 2017, à Dakar.
Selon les autorités sénégalises, cette loi permettra de renforcer les acquis puis de tendre vers une égalité des droits sur tout le territoire national Sénégalais et c'est la meilleure garantie pour la pérennité du programme (CMU).
«La loi peut, certes y aider, mais ce qui sera le plus décisif, c'est que la CMU soit effectivement mis en œuvre partout sur le territoire et qu'elle soit comprise par tous, accepter de tous et mise en œuvre avec la contribution de tous. Et cela ne sera possible que grâce à l'engagement de tous les acteurs» conclut le Secrétaire Général du Ministère de la santé.

Source : Ministère de la Santé et de l'Action publique du Sénégal.

Le REPAOC réitère son soutien, au nouveau bureau du Groupe de Travail Femmes, Jeunes, Paix et sécurité en Afrique de l'Ouest

Le REPAOC réitère son soutien, au nouveau bureau du Groupe de Travail Femmes, Jeunes, Paix et sécurité en Afrique de l'Ouest.
Le Réseau Repaoc participé jeudi à l’île de Gorée, à l'Assemblée Générale de la Représentation du Groupe de Travail Femmes, Jeunes, Paix et Sécurité en Afrique de l’Ouest et au Sahel /Section Sénégal.
Cette importante rencontre organisée La Représentation-Sénégal du Groupe de Travail Femmes, Jeunes, Paix et Sécurité en Afrique de l’Ouest et au Sahel, en partenariat avec le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) est une occasion pour le REPAOC, d’apporter son soutien et sa contribution aux activités du Groupe en sa qualité d'organisation sous régionale.
Présidé par le Directeur Exécutif de Gorée Institut, M. Doudou DIA, la cérémonie a vu la participation de l'UNOWAS, ONU-FEMMES,du Haut Conseil du Dialogue social, et plusieurs organisations luttant pour la paix et la sécurité en Afrique de l'Ouest.
Après la cérémonie d'ouverture, une présentation a été faite sur le rapport du bilan du mandat 2014-2016, pour l'adoption d'un nouveau plan d’action ainsi que le texte de mode de fonctionnement et l'élection d'un nouveau bureau.
A la fin des travaux, l'Assemblé Générale a élu Gorée Institut représenté par Mme Wore NDIAYE en tant que nouvelle présidente du Groupe de Travail.
Liste du nouveau bureau :
-Présidence : Gorée Institut
-Secrétariat Général : Conseil National des Jeunes du Sénégal
-Trésorerie : l'ONG Femnet
Le REPAOC, félicite le nouveau bureau et réitère son engagement au Groupe de Travail. Elle remplace Mme Diago NDIAYE.
Ensemble luttons pour une paix durable en Afrique de l'Ouest.
La coordination régionale.

Home Rencontres et Ateliers

Nos coordonnées

Secrétariat Permanent du REPAOC, Liberté VI Extension, Immeuble Soda Marième, 4ème étage,
B.P. : 47485 Dakar-Liberté (Sénégal) Tél : +221 33 827 76 46 - E-mail : info@repaoc.org